Blog

télétravail comment préserver sa vie privée

Partager

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Télétravail : comment préserver sa vie privée ?

La protection de la vie privée des télétravailleurs est un enjeu important.  En s’invitant au sein du domicile du salarié, le télétravail gomme en effet la frontière entre la sphère professionnelle et la sphère privée.

Le manque de limite entre ces deux mondes n’est pas sans conséquence : risques de burnout, détérioration de la vie familiale… Il existe néanmoins des bonnes pratiques à appliquer pour ne pas laisser le travail empiéter sur votre vie privée.

Définir les horaires de travail et de pause avec l’employeur

Beaucoup de collaborateurs passent plus de temps à travailler depuis chez eux qu’au bureau. En moyenne, les salariés à distance travaillent ainsi 48 minutes de plus par jour selon une étude. Cette charge supplémentaire peut venir de certains employeurs qui n’hésitent pas à solliciter leurs employés tôt le matin ou en soirée. Mais elle est souvent due aux salariés eux-mêmes, qui s’accordent moins de temps de pause chez eux.

Pour éviter tout débordement, les plages horaires pour contacter le salarié doivent impérativement figurer dans un accord collectif, une charte validée par le CSE, ou dans un accord informel et consigné : il s’agit aujourd’hui d’une obligation légale.

Si votre entreprise ne vous consulte pas sur le sujet et vous sollicite régulièrement en dehors de vos horaires habituels, vous pouvez donc lui rappeler que ces horaires de contact doivent être formalisés et respectés. Il est très important de déconnecter totalement en fin de journée, sans consulter ses emails et messages professionnels.

Trouver un accord sur le mode de contrôle du temps de travail

Certaines entreprises accordent une confiance absolue à leurs salariés et n’émettent pas le souhait de contrôler leurs horaires en télétravail. Toutefois, certaines organisations installent des logiciels sur les appareils de leurs salariés pour s’assurer que leur travail soit bien fait.

Ces outils, souvent intrusifs, peuvent par exemple mesurer le temps passé sur chaque application, prendre des captures d’écran à une fréquence donnée ou encore surveiller les frappes de clavier et les clics sur la souris. Dans tous les cas, l’employeur est tenu d’informer le salarié de l’utilisation de ce logiciel, mais aussi sur ses droits (droits d’accès aux données collectées, de rectification, voire même d’opposition à leur utilisation).

D’autre part, la législation indique que les mesures de contrôle doivent être proportionnées et respecter la vie privée des salariés.

Pour rappel, l’employeur est tenu de donner les moyens aux télétravailleurs de mener à bien leurs missions et donc de fournir un ordinateur, une tablette ou un mobile professionnel. Les appareils personnels ne sont pas censés être utilisés par les télétravailleurs dans le cadre de leur travail et  il est encore moins question d’y installer un outil de contrôle.

 

Pas d’obligation d’allumer sa caméra en visioconférence

Chacun peut avoir ses raisons de ne pas allumer sa caméra en télétravail. Présence d’une autre personne dans la maison, volonté de ne pas montrer l’intimité de son domicile à ses collègues ou partenaires, image de soi… 

Dans la majorité des cas, le visuel n’est pas indispensable à la bonne tenue de la réunion. L’employeur ne peut donc pas obliger votre présence à l’écran. La CNIL qualifie une telle obligation de “surveillance excessive et disproportionnée”.

Utiliser le flou d’écran

Si vous souhaitez montrer votre visage au cours d’une visioconférence sans dévoiler votre domicile en arrière-plan, deux solutions s’offrent à vous. Vous pouvez bien sûr effectuer la visioconférence en vous plaçant le dos à un mur, de sorte à ce que celui-ci vous serve d’arrière-plan.

Vous pouvez également opter pour une solution de visioconférence proposant une fonctionnalité de flou d’écran, qui laisse votre visage parfaitement net à la caméra mais brouille tout ce qui se trouve derrière vous. Cette option sera très prochainement proposée dans une nouvelle version d’Iboo.

Établir des règles avec ses proches

Dans un logement de petite taille ne permettant d’aménager un bureau dans une pièce à part, certains télétravailleurs sont amenés à travailler dans leur pièce de vie où se trouvent leur conjoint.e et leurs enfants.

Dès lors, il convient d’instaurer des règles pour éviter d’être interrompu lors d’un appel ou d’une visioconférence. Il est possible d’afficher votre planning pour que chacun ait connaissance de vos horaires de travail, de mettre un casque ou une paire d’écouteurs lorsque vous ne souhaitez pas être dérangé… ces règles doivent être compréhensibles et respectées par tous. 

Si vous avez des enfants en bas-âge à la maison, l’idéal est d’opter pour un lieu tiers, comme un espace de coworking, afin de pouvoir mener vos échanges professionnels dans le calme et la sérénité.

Attention au partage d’écran !

Si vous utilisez un ordinateur personnel pendant une visioconférence, veillez à fermer les fenêtres et les applications relatives à vos activités personnelles avant de partager votre écran. Votre activité personnelle sur le web ne regarde que vous.

Quant aux applications… il serait dommage d’avoir démarré un film sur Netflix sur l’heure du déjeuner et de l’avoir laissé en pause dans une application ouverte : via le partage d’écran, vos collègues et votre employeur pourraient se faire des idées erronées et penser que vous regardez des films sur votre temps de travail ! Ce n’est qu’un exemple, mais mieux vaut être attentif à ne rien divulguer de vos activités personnelles lorsque vous partagez votre écran à d’autres personnes. 

En résumé, la protection de votre vie privée en situation de télétravail passe d’abord par une bonne connaissance de vos devoirs envers votre employeur… mais aussi de vos droits, que vous ne devez pas hésiter à faire valoir. Le choix des outils utilisés peut également avoir un rôle pour protéger son espace privé, et il convient bien sûr de faire appel à son bon sens pour ne pas s’exposer.